Dossier pédagogique #45 – Françoise Nuñez photographe voyageuse

Dossier pédagogique de l’exposition de Françoise Nuñez autour de la photographie de voyage, et de la découverte de notions photographiques, à destination d’un jeune public et des scolaires

Françoise Nuñez
Françoise Nuñez

→ Dossier pédagogique de l’exposition Françoise Nuñez
→ Découvrir le travail de Françoise Nuñez sur le site de la galerie Camera Obscura

D’origine toulousaine, elle est venue à la photographie grâce à Jean Dieuzaide qui l’a initiée au tirage noir et blanc. Mais c’est sa rencontre avec Bernard Plossu avec lequel elle partage sa vie, de l’Andalousie jusqu’aujourd’hui La Ciotat, qui a été déterminante dans son approche de la photographie. Françoise Nuñez est photographe et voyageuse. Entre paysages et portraits elle fixe l’émotion des rencontres, des lieux et donne à voir le monde tout en gammes de gris. Qu’il s’agisse de ses séries sur l’Inde, le Japon, le Chili ou les ports, ses photographies ne succombent ni à l’exotisme ni au dépaysement. Seule la recherche sensible de l’autre à travers une poétique très personnelle prédomine.

« Françoise Nuñez est une photographe du lointain et du voyage. Il semble que sa photographie ne se déploie que dans cet état d’apesanteur, d’ouverture au monde qu’offrent ces moments privilégiés où l’on se retrouve soudain plongé dans un quotidien dont on ignore les règles. Il n’y a pas chez elle un souhait d’explorer les aspect exotiques des lieux qu’elle parcourt, mais une sorte d’hypersensibilité de la conscience et de consacrer son temps entièrement à la mettre en images » Didier Brousse

→ Une photographe voyageuse
Les différentes manières de photographier son voyage. Quand on est photographe il y a plusieurs façons de faire des images : descriptives pour faire connaitre les pays (c’est ce que font les guides de voyages), faire connaitre les modes de vie (c’est ce que font les reporters), pour conserver des souvenirs (c’est la pratique de tous les touristes) ou pour transformer son voyage en expérience photographique (on parle alors de « photobiographie »).

→ Les moments de l’image
Photographier c’est choisir le bon moment de la prise de vue. C’est d’autant plus important pour un portrait (choisir le moment d’une expression fugitive) mais surtout dans le domaine du reportage.
Il y a plusieurs conceptions : certains photographes comme Henri Cartier-Bresson estiment qu’en photographie il s’agit de déclencher sur un moment fort de l’action, quand en une image on peut résumer un fait : c’est ce qu’il appelle : l’instant décisif. D’autres comme Robert Doisneau déclenchent sur une situation anecdotique (quand l’image raconte une petite histoire). D’autres enfin estiment que tous les moments sont « décisifs » et même que ce sont les moments en apparence les moins forts qui permettent de donner de la réalité fuyante une impression plus dynamique. C’est le cas de photographes comme Robert Frank ou William Klein.

→ Les traitements de l’image
Le net et le flou : Françoise Nunez emploie beaucoup le flou dans ses images. Ce ne sont pas des photos ratées mais une utilisation artistique de ce procédé (« le flou artistique »).

→ Photographies comparées
Chaque photographe a sa manière de voir le monde ou est intéressé par certaines formes de composition. C’est ce qui fait sa personnalité, son style, sa grille de lecture du réel. D’une image à une autre on retrouve une même petite musique visuelle…

→ Le texte et l’image
On dit d’une photographie qu’elle vaut 10000 mots, c’est-à-dire qu’elle a un pouvoir évocateur plus important qu’un long texte descriptif. Mais on sait aussi que si elle n’est pas accompagnée d’une légende on peut lui faire dire n’importe quoi et mal l’interpréter. Mais il existe aussi des textes qui analysent l’oeuvre d’un photographe et apportent une lecture de sa démarche et de son oeuvre. C’est le cas de ce texte que Jean Christophe Bailly a écrit sur les images d’Inde de Françoise Nunez.