André Cros

L’hommage à André CROS, n’est pas seulement celui du Château d’Eau en égard à la photographie. Mais celui de toute une grande famille, celle des reporter-photographes de presse de notre région. Je devrais dire photographes journalistes’ puisque dans nos débuts, nous nous sommes battus pour avoir droit à un minimum de reconnaissance afin de ne plus être considérés comme suspects dans nos activités
nous le sommes moins, mais toujours un peu tout de même… Photographe et journaliste, André CROS, test effectivement depuis que la direction générale du quotidien SUD OUEST, lui a donné la responsabilité de son agence de Toulouse C ‘est toute une ville qu’il aime, dont il connaît les moindres recoins , abstraits et concrets, qui se joint à cet hommage dans toute la force du mot pour dire sa sympathie à l’homme, dont tout le monde, se plaît à reconnaître la discrétion, l’intégrité et les qualités professionnelles. C’est ce capital d’une riche humanité que possède André CROS parce qu’il a su faire sienne une règle essentielle de ce métier, à savoir : “Le droit que possède chaque individu de protéger sa vie privée et celui que le public a d’être Informé”. La photographie de reportage qui paraît aujourd’hui, chose courante, nous emmène souvent là où nous n’avons pas l’habitude d’aller, soit par manque de temps, soit parce que les conditions sont difficiles. André CROS s’en veut le témoin. Témoin d’évènements importants, dont il capte l’essence, et déterminent le climat d’une époque
il entre dans l’action grâce à des gestes rapides où l’humour, noir ou blanc, est toujours présent : prenez la loupe, si besoin est, pour le voir. Là, il est à son affaire et croyez-moi, c’est un fin psychologue… pince sans rire, mais sans défaillance. Jean Dieuzaide “