Imaginaire & illusion

4 janvier au 4 mars 2012
Collection du Château d’Eau

gabarit_img_sommaire_gd
Photographie : F. Horvat, E. Ibañez, Collection du Château d’Eau

En écho au travail de Vincent Debanne dont le travail se construit à partir de scénarisations par montages et accumulations, le Château d’Eau explore le photomontage à travers quelques artistes de sa collection permanente.
Qu’ils travaillent en argentique ou en numérique, ces photographes utilisent le photomontage grâce à différentes techniques : surimpression, assemblage de négatifs, masquage, collage… C’est pour certains l’expression d’une philosophie surréaliste d’une esthetique proche de la psychanalyse qui devient une solution à la conception d’un univers onirique et fantasque.

Œuvres de Frank Horvat, Daniel Lee, Lucien Lorelle, Denis Roche, Laurent Binet, Eduard Ibanez, Rafael Navarro, Jerry Uelsmann.

Rappel Historique
Un photomontage est une image obtenue par l’assemblage d’élements hétéroclites qui forment un ensemble esthétique sans lien immédiatemment logiques ou réalistes. Le montage fait ses débuts dans la photographie dans l’idée de retouche. il relève plus d’un choix pratique et technique que d’une volonté esthétique ou artistique comme il le sera plus tard dans les années 1920.
Le début du photomontage comme pratique artistique : Par la suite, le photomontage va suivre les dadaïstes lorsque ceci deviendront (pour la plupart) surréalistes. Le photomontage adoptera une philosophie surréaliste, c’est à dire : une esthetique proche de la psychanalyse et sera une solution à la mise en place, à la conception d’un univers onirique et fantasque.
Le photomontage politique : Dans le photomontage politique, il y a arrangement et détournement des images et, par conséquent, reconstitution des faits : l’image truquée. Cette falsification se retrouve à divers niveaux : dans les films et les représentations de scènes historiques, etc. Même les reproductions de paysages ou de monuments peuvent être modifiées.

Différentes méthodes de photomontage :

Superposition : En laboratoire argentique ce procédé permet d’assembler plusieurs images sur une même photographie. Il consiste à assembler plusieurs négatifs avant de les agrandir sur le positif.
Le détourage et masquage : Si l’on veut garder une seule partie d’une image, on peut, avec une peinture masque, colorer sur le négatif la partie à enlever avant d’agrandir l’image sur le positif, ce procédé repose sur le fait que le support exposé n’est pas impressionné en l’absence de lumière. Lors de l’agrandissement sur le positif, la partie masquée ne sera pas exposée. Une variante de ce procédé consiste à créer un système de cache et d’anti-cache, permettant d’assembler deux images. Sur un premier négatif, on colore une partie à enlever ; sur un second négatif, on colore la partie opposée. On impressionne ensuite le positif avec les deux négatifs l’un après l’autre, les parties colorées n’ayant pas d’effet sur ce dernier, il contiendra les deux images assemblées.

Surimpression : Pour rappel, la surimpression consiste à exposer plusieurs fois un ou plusieurs sujets sur une même vue. Lors de la prise de vue on peut déclencher l’obturateur plusieurs fois sans faire avancer la pellicule. Il est nécessaire de réduire le temps de chaque pose pour tenir compte des multiples exposition.

Numérique : Grâce aux logiciels de traitement d’images, il est maintenant possible de combiner plusieurs photographies. Les « fausses » images ainsi obtenues, beaucoup plus finement travaillées que les premiers photomontages réalisés à la main, sont plus dures à déceler. Les ordinateurs rendent plus floue la frontière entre le réel et le virtuel. Les logiciels modernes de traitement de l’image facilitent des démarchent artistiques différentes et inévitablement, parmi les outils qui permettent de travailler les photos sont : Photoshop et the GIMP.
Les principaux termes techniques employés pour la retouche numérique (Photoshop) sont : Détourage (détermine le contour d’un objet ou d’un élément dans une photo), Lasso (permet de sélectionner à main levée une partie de l’image).

Documents à télécharger :
Feuille de Salle