Aglaé Bory

8 juin au 11 septembre 2011
Corrélations


L’approche photographique d’Aglaé Bory se situe entre documentaire et fiction, autour de la figure humaine, du portrait, de l’autoportrait et rencontre cette dimension littéraire qui tend plus à dire qu’à raconter. “Corrélations” est une série de photographies qui donnent à voir une femme qui vit seule avec son enfant. Ce sont des photographies mises en scène. Des autoportraits. Le déclencheur à distance est visible, tenu dans lamain, indiquant lemoment de la prise de vue. L’instant décidé. Ces photographies ont été prises sur plusieurs années, plusieurs saisons. Ce sont
des photographies silencieuses, mais qui racontent à travers ces instants, le lien. Le vertige de l’existence du lien, inaltérable, total, la tâche difficile d’emmener un enfant, et puis l’ailleurs, le dehors, le monde qui appellent et excluent, la solitude invisible à l’oeil nu et dont on ne dit rien. L’amour aussi. Ces petites choses, quotidiennes, intimes, anodines qui, répétées
chaque jour, font les paysages, les tableaux d’une vie, ces petites choses, il a été nécessaire de les photographier, pour qu’elles soientmontrées, vues, regardées. Et ainsi, tenter d’archiver le temps. Le temps de cette femme avec cet enfant. Le temps des femmes.

Pour Aglaé Bory, l’autoportrait n’est peut-être qu’un prétexte. Tout en s’inscrivant dans le temps indifférencié d’un quotidien parcouru de lumières délicates, les images de cette série tracent un espace fictionnel qui pourrait évoquer celui de certaines photos de Cindy Sherman. Mais surtout, la réflexion sur l’autoportrait se double ici de la présence de l’enfant. L’image
de soi se trouve ainsi redistribuée : les postures s’assemblent, se répondent, divergent. Le temps est l’élément central de la série: les jours passent, leur effet est presqu imperceptible, l’image toujours au présent. Bruno Dubreuil

Documents à télécharger:
Dossier pédagogique
Feuille de salle