Dossier pédagogique #23 – Dorothée Smith

Dans ces deux séries « Löyly » et « Sub Limis » Dorothée Smith a photographié des personnes dont le sexe reste indéfini. Entre masculin et féminin on hésite. On dit qu’ils sont de type androgyne.

Cette impression est accentuée par l’atmosphère très vaporeuse de ses images. Comme s’ils étaient sur le point de disparaître sous un écran de fumée, comme si les couleurs à force d’être trop exposées à la lumière finissaient par se faner. Peaux laiteuses et pastels comme filtrées par un voile blanc.
Ces portraits sont ponctués de paysages. Eux aussi sont comme des espaces mal définis, évanescents, parfois jusqu’à la quasi disparition de l’image.
Il s’instaure donc une sorte de dialogue entre portraits et paysages qui participe à ce climat d’indifférenciation propre à l’univers de Dorothée Smith. Masculuin / féminin ; présence/absence, opacité/transparence, éveil/sommeil, rêve/réalité… comme la rencontre entre ces deux extrêmes que sont l’eau et le feu qui mis en contact produit une vapeur d’eau dans laquelle semblent baigner les images de Dorothée Smith.

Au sommaire :
Portraits psychologiques
Relations entre portraits et paysages
Image ratée / image réussie
Couleurs, lumières

→ Télécharger le dossier pédagogique Dorothée Smith
→ Aller à la page de l’exposition