Viviane Sassen

30 juin au 29 septembre 2010
Flamboya
vsassen
Viviane Sassen a passé une partie de sa jeunesse au Kenya . Marquée par le pays, ses premiers souvenirs remontent à cette époque. Devenue photographe, l’Afrique occupe désormais une place privilégiée dans sa démarche artistique. Dans cette première exposition présentée en France, Viviane Sassen témoigne, à travers ses portraits photographiques, de la recherche d’un équilibre des couleurs et des formes. Faisant écho à son histoire personnelle et évitant les stéréotypes occidentaux habituellement appliqués à ce continent, elle nous dévoile une Afrique
ancestrale, magique et mystérieuse où la seule concession à l’imagerie traditionnelle est la référence, dans le titre de cette exposition, à cet arbre mythique qu’est le flamboyant.
Viviane Sassen n’est pas une portraitiste, pour elle un portrait authentique nécessite une connaissance intime du modèle limitée bien souvent au cercle familial. Les hommes et les femmes dans ses photographies sont dans un certain sens plus des compositions que des sujets. Ses photographies réalisées en Zambie, au Kenya, en Tanzanie, Ouganda et au Ghana sont le résultat d’une démarche intuitive. Sensible à l’apparence et au comportement des gens qu’elle croise, Viviane Sassen s’engage avec les modèles qu’elle rencontre dans une relation de collaboration, elle tente de
gagner leur confiance en les dessinant. L’appareil photo n’entre en scène qu’au tout dernier moment.
Les postures des corps, les lignes et formes épurées évoquent la stylisation du corps dans la sculpture africaine. Les visages sont le plus souvent stylisés, ils ne sont qu’aplats, contours, contrastant avec les lumières éclatantes des paysages. Elle utilise ce qu’on pourrait appeler le “clair obscur inversé”. Contrairement à Rembrandt ou le Carravage qui dévoilent leur sujet à la lumière des bougies, les modèles de Viviane Sassen s’effacent dans la lumière aveuglante du soleil africain. Lignes, couleurs, ombres et lumières trouvent alors leur équilibre dans un jeu de force qui n’est pas sans rappeler le travail d’Henri Matisse, marqué par son séjour en Polynésie tant dans les postures des modèles que dans les motifs.
Le travail photographique de Viviane Sassen nous donne à voir une rémanence de cette Afrique où elle est née, des images cristallisées saturées d’ombres et de lumières, avec quelque chose de l’ordre de la peinture mais aussi de la danse.

Documents à télécharger :

Feuille de salle