Olivier Mirguet

4 février – 22 mars 2009
Supervision L.A.

Le Château d’Eau présente du 4 février au 22 mars 2009 dans la Galerie 2, la série «Supervision LA» du photographe français Olivier Mirguet qui vit et travaille à Los Angeles. Il capte, dans ce travail réalisé en 2008, les tensions de la ville la nuit, dans une thématique de la fiction américaine où tout peut basculer d’un moment à un autre.
« Los Angeles est une ville trompeuse, énigmatique et ambiguë. Baignée dans une tranquillité de surface, une utopie ensoleillée. Mais quand la nuit tombe, l’éclat de la ville disparaît. L.A devient un territoire inquiétant, peu éclairé et survolé par les hélicoptères. » O.Mirguet
Surpris par l’obscurité qui s’empare des quartiers périphériques d’une ville qui, dès que l’on quitte le centre, devient sauvage, Olivier Mirguet débute en 2006 une série où l’apparition photographique est toute entière associée aux faisceaux des hélicoptères qui font littéralement émerger des espaces de la nuit. S’il poursuit ici sa réflexion sur la surveillance entamée en 2005 avec sa série sur la Maison de la Radio (17h16), « Supervision L.A » nous parle aussi du rêve éveillé d’une ville dédiée aux mythes de l’apparence.


Biographie

Olivier Mirguet, 36 ans, est photographe et journaliste de radio. Il est représenté par l’agence Vu depuis 2003. Journaliste à Radio France depuis 1998, flashman à Fip et chroniqueur photo à France Info et France Inter. Il est également diplômé du Centre Universitaire du Journalisme à Strasbourg en 1995. Il y a 6 ans, il a entamé un travail photographique sur les lieux du pouvoir. En Corée du Nord, il tire profit de la propagande pour dresser le portrait d’un pays totalitaire.
Au Maroc, d’anciens opposants l’ont conduit sur les traces des prisons secrètes de Hassan II, façades de bâtiments anonymes et inquiétants.
La Maison Radio France à Paris est son dernier travail avant Supervision L.A. Il a passé deux ans avec son appareil photo, dans les couloirs de ce bâtiment construit en 1964.
Cet anneau de 10 étages, avec une tour au centre, est le lieu où se fabrique l’information, donc le pouvoir. Mais le photographe n’a trouvé que des couloirs vides et des énigmes, l’écho à son propre paradoxe de journaliste radio, censé délivrer la bonne information.
Olivier Mirguet est en résidence à Khiasma de septembre 2008 à juin 2009

L’inauguration de l’exposition aura lieu le mercredi 4 février 2009 à 18hen présence de l’artiste