Hors les murs – Corps & Graphie(s)

Exposition du 13 au 31 mars 2006

Composée d’oeuvres de la collection du Château d’Eau et complétée par des prêts de la Galerie Vu, la Galerie Alain Gutharc et certains artistes, « Corps & Graphie(s) » met en dialogue deux parties : le corps dans sa relation à la nature et le corps dans l’espace public.

L’environnement participe à la définition du corps qui s’y trouve, la nature de cet espace – espace naturel / espace urbain – dans ses caractéristiques physiques ou sa dimension sociale – espace privé / espace public – soumettent le corps à des postures, des gestes et des attitudes particulières qui œuvrent à sa définition même. D’un autre côté, l’espace, lui-même, n’existe vraiment que s’il est révélé par les corps qui l’habitent. Le corps participe à la mesure du paysage, référent éternel, il est un repère donnant l’échelle ; il en sublime d’autre part, les matières, les formes, les couleurs. Le corps, intimement confondu avec ses facultés sensorielles, propose par conséquent une traduction sensible du paysage. Le photographe parvient à saisir ce lien indénouable entre corps et espace et sa photographie révèle cette chorégraphie immuable. Ainsi, croisant les époques et les genres, cette exposition regroupe et confronte des œuvres de Edouard Boubat, Elina Brotherus, Jean-Philippe Charbonnier, Denis Darzacq Gormezanot & Minot, Guillaume Janot, Roland Laboye, Jacques-Henri Lartigue , François Le Diascorn Guy Le Querrec, Arno Minkinnen, David Rosenfeld et Kishin Shinoyama qui sont autant de chorégraphies singulières entre le corps et l’espace.

Une galerie d’art contemporain de lycée ouverte à tous les publics en Midi-Pyrénées.

Le Rectorat de l’Académie de Toulouse et la Direction des Affaires Culturelles en Midi-Pyrénées ont souhaité ouvrir des galeries d’art contemporain dans certains lycées afin de rendre accessible les oeuvres actuelles à un plus large public. L’originalité du projet tient dans cette ouverture d’un établissement scolaire à toute la population. Le Lycée Jules Michelet de Montauban a relevé l’enjeu et s’est associé à la Galerie du Château d’Eau pour monter un programme qui s’articulera autour de deux expositions durant l’année scolaire.