La déforestation

En raison des très nombreux événements dont notre planète est le théâtre, les magazines et les journaux, malgré leur organisation, ne peuvent dans beaucoup de cas, assurer seuls l’illustration photographique de leurs pages. Ils doivent faire appel aux Agences, phénomène qui s’est fait pressant dans les années d’après la deuxième guerre mondiale. Avant New York, la France est en tête, en nombre et en qualité, de ce type de service ouvert par l’Agence Magnum en 1937 à cheval sur Paris et New York. En 1967, quelques passionnés se lancent dans une nouvelle aventure et créent l’Agence GAMMA que rejoignent des photographes qui ont marqué leur époque, comme Raymond Depardon et le regretté Gilles Caron auquel le Château d’Eau a été heureux de rendre hommage au cours du Symposium sur l’Histoire Européenne de la Photographie, il y a un an. D’autres talents viennent renforcer l’équipe présente sur tous les continents avec son réseau de correspondants et d’envoyés spéciaux dont l’efficacité positionne l’Agence GAMMA comme l’un des leaders sur le marché mondial de la photographie. Elle fête cette année ses 25 ans en proposant une exposition sur un thème brûlant concernant chacun des êtres vivants de notre terre : la déforestation mais surtout l’influence de cette déforestation sur les gens qui vivent de la forêt. Pour réaliser ce travail, neuf photographes du staff de l’Agence GAMMA, avec l’aide du Secours Catholique, se sont rendus chacun dans un pays différent : Patrick AVENTURIER, Eric BRISSAUD Alexis DUCLOS Jean-Claude FRANCOLON Raphaël GAILLARDE Patrick LANDMANN Georges MERILLON Antonio RIBEIRO Gilles SAUSSIER . Ce reportage qui a nécessité deux mois d’efforts, est une façon dynamique et humanitaire de célébrer ces 25 ans. Travail communautaire mais aussi porteur d’un message, il permet de percevoir la détresse de tous ces peubles qui vivent de la forêt et de faire prendre conscience aux visiteurs et aux lecteurs que l’avenir de la planète est menacé, que cette situation est loin d’aller en s’améliorant ! Ce travail de témoignages photojournalistiques a fait l’objet de parutions exceptionnelles dans Stem”, “Sete” et dans de nombreux magazines japonais et américains. De manière paradoxale, pour le moment, ce travail n’a rencontré qu’un succès limité en France, non pas en raison de sa qualité mais plutôt de son contenu. Les Français seraient-ils peu sensibles à ce problème ? C’est possible, car ils ne le vivent pas au présent et n’en souffrent pas encore… Hélas demain viendra ! La photographie, plus parlante que les nouvelles dont l’auto-destruction par prolifération empêche toute prise de conscience profonde, est là pour les en avertir. La photographie par sa persistance joue un rôle majeur que la Galerie se fait un devoir d’aider à remplir : regarder, entendre, apprendre et faire comprendre est le but que le Château d’Eau se fixe depuis 18 ans. ESPACE II Photographies du staff de l’Agence GAMMA”