Alberto Giacometti…

Il y a 25 ans, le 11 Janvier 1986, mourait Alberto Giacometti,l’un des plus grands sculpteurs du XXème siècle. Des centaines de photographes et parmi les plus importants, sensibles à cette œuvre ont fixé, avec respect et amour, les traits de l’artiste dans les moments les plus divers de son existence. Nous remercions chaleureusement PRO HELVETIA, Fondation Suisse pour la Culture et la Fondation pour la photographie Suisse, Monsieur Cousin, Consul Général de Suisse à Bordeaux, Monsieur Tissot, Consul Honoraire de Suisse à Toulouse, d’offrir cette rétrospective émouvante à nos visiteurs. Autant de documents qui nous fournissent beaucoup plus de précisions que ne peut le faire un commentaire. La caméra nous restitue l’artiste au travail ; elle nous le montre dans son atelier de la rue Hippolyte Maindron, presque inchangé durant des décennies. Nul créateur, ainsi photographié, ne fascine et n’émeut à ce point. Nous sommes devant un homme dont la présence absolue, existentielle, aspire toute notre attention, d’une manière presque magique. Cette physionomie, ces ruptures expressives (de la tristesse à la joie), au questionnement, à l’ouverture ; de la fatigue infinie à la concentration la plus tendue, cette gestique, cette façon d’être avec autrui, avec ses modèles, avec son propre travail : tout cela frappe les regards, au même titre que les œuvres, qui sur toute réalité, jettent leur doute. Certaines de ces photographies sont composées avec le plus grand soin, et constituent en elles-mêmes des œuvres d’art ; d’autres furent des instantanés pris sur le vif. Mais ni les unes ni les autres ne tombent dans le voyeurisme ou la superficialité. Au contraire, elles offrent toutes à notre égard le spectacle d’un artiste qui, sa vie durant; n’a cessé de viser un but lointain comme une utopie. Ce visage inoubliable, ce corps en action, l’atmosphère de cet atelier – tout cela forme, avec l’œuvre, une indissoluble unité. L’éventail des témoignages photographiques est très large.D’abord,des documents sur la prime jeunesse, au val Bregaglia ; puis c’est l’époque où Giacometti fréquentait le cercle des surréalistes. Les années cinquante et soixante nous le montrent à Paris, ou lors de cérémonies officielles en son honneur ;. elles nous le montrent également à Stampa, où, durant les mois d’été, il revenait régulièrement. Le nombre des photos croît en proportion de la notoriété’, bientôt mondiale, de l’artiste ! L’ensemble compose une image de l’homme et du créateur Alberto Giacometti – image qui, pour ceux qui l’ont connu, perpétue le souvenir d’un des plus grands sculpteurs du XXème siècle – mais qui, d’abord, aide à comprendre et à vivre ses œuvres.’ Walter Binder et Jean Dieuzaide