Line Rossignol

Mes photographies sont issues de plusieurs horizons Amis, amours, solitaire ou autre part. Elles sont faites après la magie des étoiles, les colères de la nuit, les pleurs du soir, les histoires de minuit, les voyages sans bagages, les rires sous pluie d’été, les sorties de la vie. Elles sont faites pendant, aussi. Elles n’ont pas d’ailleurs que ce faire là. Autrement dit, le sentiment qu’elles étaient déjà là, est parfois en moi. En fait, ce que je vous raconte et ce que vous allez voir, n’est que mon histoire c’est un peu la vôtre c’est à peine celle de tous mais c’est, aussi, celle de ceux que je rencontre. Pour vous dire des mots encore, mais aussi autres que ceux de l’ombre et de la lumière, je vous propose un texte, écrit à partir d’un vécu, il y a deux mois, dont un extrait vous est montré sur ces murs. Il s’agit de journées passées dans un centre de réadaptation fonctionnelle, le Château de Roquetaillade que j’ai été amenée à connaître à la suite d’une expédition montée par un club de montagne. Certains membres ont conduit à dos d’homme six jeunes myopathes à la découverte d’un col à 2.000 m. Ce texte a été écrit à leur intention. ——————— J’ai voulu prendre une page Elle est là, blanche, seule, pour eux, pour moi Et ma tête dans un élan veut se souvenir malgré la trace des clichés Comment est-ce venu ? Je me souviens de Sylvain et sa montagne, de.Bouchra et son porteur, et des autres,portés dans l’avide de tous les sens Et puis il y a ceux qui sont restés C’est de ceux-là que je veux parler, aussi Une semaine, en fait quelques jours, 5 et demi Je me souviens que la parole se donnait La leur, la mienne, la leur, la mienne Et il n’existait que cette parole et silence… Ces habitants là portent tous un handicap Je me souviens, je l’oubliais J’oubliais encore que je portais un appareil qui s’effaçait justement parce qu’il donnait des photographies Absence de l’objet, paradoxe : ils ont fait entendre les déclics de leur vie. J’ignore encore ce qui s’est passé J’ignore encore comment s’écrit un texte pour qu’on se dise merci. Line ROSSIGNOL 9 Mars 1990