Agnès Varda

1 au 30 novembre 1987

Avant de passer à l’image mouvante dans les années cinquante, Agnès Varda est photographe. Le sait-on vraiment ?
Originaire de Sète, gamine, Agnès voisine avec celle qui va devenir Madame Jean Vilar. Elle va en Avignon par amitié. Jean Vilar, désireux d’engranger des moments de mémoire, lui demande de garder trace de tout. La presse publie abondamment ces superbes documents, ce qui lui vaut d’être sollicitée aussitôt pour de grands reportages.
Connaît-on bien les centaines d’images faites entre les années 50 et 60 en France, en Chine, à Cuba, au Portugal, en Allemagne ? C’est à une redécouverte de ce travail de photographe que vous convie le Château d’Eau.

Nous remercions Agnès Varda de l’honneur qu’elle nous fait d’avoir prélevé pour nous, dans ses archives, toutes sortes d’images: ses portraits, ses compositions (elle aimait bien en ses débuts, l’oeuvre d’Edward Weston), ses images de repérages de film, recherches de lieux, pense-bêtes, images de détail volées en passant…
Le tournage de « Cléo de 5 à 7 » en 1961 lui fait renoncer de rejoindre le T.N.P. Depuis, elle déclare être cinéaste… plus que photographe, ce qui est vrai. Nous ne pensons pas pour autant qu’elle ait vraiment abandonné la photographie… l’avenir nous le dira sûrement.
J.D.