L’exposition Étonnantes affinités dans la collection du Château d'Eau

Dossier de presse de l’exposition

La vocation première du Château d’Eau est de présenter des expositions d’auteurs interrogeant le langage photographique et enrichissant son vocabulaire. Mais cette institution est également riche d’une collection initiée dès les années soixante-dix par Jean Dieuzaide, son fondateur, et qui comporte aujourd’hui près de 4000 tirages. La dynamique d’une collection vivante, contemporaine réside dans son développement, en temps réel, par l’exercice délicat de captation de nouvelles pertinences, reflétant la démarche programmatique du lieu. Aux côtés de grands classiques comme André Kertész, Auguste Sander ou Willy Ronis, et d’auteurs à l’écriture photographique désormais admise comme Bernard Plossu, Ralph Gibson, John Batho, se trouvent de jeunes talents émergents dont le Château d’Eau a soutenu la démarche.

L’exposition ÉTONNANTES AFFINITÉS est un choix dans cette collection mettant en écho les différentes générations et approches stylistiques et soulignant la force de la poésie visuelle de chacun des auteurs. Malgré les démarches en ruptures avec le passé, l’évolution technologique, le passage à la couleur, l’élargissement de la taille des images, ou la différence de protocoles lors de la prise de vue, des rapprochements s’observent sans pour autant nier l’apport à l’art des nouvelles générations.
Ces correspondances entre époques se doublent de parentés intimes ou d’affinités de sens, dans une oscillation entre la photographie comme document et la photographie comme médium. Qu’elle soit de prime abord dans le champ de l’art empruntant au style documentaire, ou une photographie en tant que document, trace, mémoire s’élevant au rang d’œuvre, l’attraction photographique capte doublement notre regard par sa beauté formelle et le questionnement qu’elle suscite sur le monde.
Les étonnantes affinités interrogent ce que nous percevons et pensons comme de l’art au fil du temps et de l’histoire. D’August Sander à Charles Fréger, de Robert Doisneau à Mohamed Bourouissa, de Pierre Molinier à Dorothée Smith, de Willy Ronis à Carla Van de Puttelaar, de Jerry Ueslmann à Corinne Mercadier, la technicité photographique s’entrecroise avec la construction de l’œuvre d’art.
Exposer une collection, penser, associer, confronter, est irrémédiablement provisoire, changeant car les œuvres nouvelles nous bousculent, élargissent notre subjectivité, offrent une exploration sans cesse renouvelable. La collection du Château d’Eau emprunte au devoir d’inventaire, sans s’y conformer totalement, conjuguant le travail de sens critique au plaisir de la découverte, à l’étonnement du regard.

  • 2754
    Mademoiselle Anita - Dancing "La Boule rouge", rue de Lappe - Paris, 1951
  • 3402
    Portrait des abbés Pourcet
  • 4806
    Pionniers, Fort de Nogent sur Marne, juillet 2001
  • 4818
    Nu endormi, 2003
  • 4870
    Sans titre, 2003
  • 4880
    Lucia, age 16, Rita, age 21, and Nikki, age 14
  • 4956
    Dunes de Zanvoort, Pays-Bas, 2007
  • 5272
    Hyper N°20, 2007-2009
  • 5289
    Traveller
  • « Heartbreak Ride », 2005, série Pursuit.
    Heartbreak Ride », 2005, série Pursuit
  • 5325
    Série About Decline
  • Clergue0085
    Nu de la mer, 1965
  • Zola0401
    Autoportrait au box 7, vers 1900

A propos du Château d’Eau

En avril 1974, à l’initiative de Jean Dieuzaide et grâce à la compréhension de Pierre Baudis, Maire de la Ville à l’époque, la Galerie Municipale du Château d’Eau ouvre ses portes à la photographie avec une exposition des oeuvres de Robert Doisneau.
Voilà quarante ans que ce lieu est consacré à la promotion de cet art. C’est ainsi que « Le Château d’Eau » est la plus ancienne institution de ce type en France.
Installée donc en bordure de Garonne, ce bâtiment de la qualité des grandes constructions comme Saint Sernin, et les Jacobins, la Cathédrale Sainte Cécile ou le Palais de la Berbie à Albi, est aujourd’hui une superbe friche industrielle réhabilitée, «inscrite sur la liste supplémentaire des monuments historiques ».

Depuis sa création, le Château d’Eau a présenté plus de 500 expositions monographiques ou thématiques pour lesquelles 340 catalogues ont été édités.

    Une programmation à la fois ambitieuse et équilibrée, qui fait place à des travaux émergents, comme à des œuvres plus classiques. Elle comprend ainsi des artistes parmi les plus grands noms de l’histoire de la photographie : Henri Cartier-Bresson, Brassaï, Edward Weston, William Klein, Walker Evans, comme des auteurs de la création actuelle tel que Chema Madoz, Marcos Lopez, Clara Gutsche, Charles Fréger , Elena Brotherus ou Gilbert Fastenaekens.
    Répartie en six périodes sur l’année, la programmation présente pour chacune d’elle une à deux expositions monographiques ou thématiques, prolongées par une publication.
    Un Centre de Documentation riche de 15 000 ouvrages présentant la photographie sous tous ses aspects et à toutes les époques de son histoire. Ouvrages monographiques et thématiques, périodiques et dossiers sont au service de vos recherches et accompagnent votre plaisir de la découverte.
    Un service des publics qui propose visites guidées et accueils pédagogiques toute l’année.
    Hors les murs, Le Château d’Eau abrite une collection d’œuvres et propose des expositions itinérantes.

Le Château d’Eau revendique la fertilité de la photographie et poursuit une politique offrant au public les moyens d’appréhender la lecture des codes photographiques et de former son propre jugement face aux œuvres.