Le Couvent des Jacobins Entrée rue Lakanal, 31000 Toulouse

Un lieu patrimonial
Le couvent des Jacobins est l’un des édifices les plus originaux de la ville. Maison-mère de l’Ordre des Dominicains, fondé pour lutter contre le catharisme, il fascine par son architecture, ample et lumineuse, caractéristique du gothique méridional. A l’intérieur le célèbre « palmier » des Jacobins et ses 22 nervures soutiennent le chœur de l’église. Siège de l’université de Toulouse, il abrite les reliques de Saint-Thomas d’Aquin. L’édifice restauré a retrouvé sa splendeur d’antan, les vitraux modernes diffusent une lumière variant au fil des saisons.
Le superbe cloître accueille différents évènements culturels tout au long de l’année : des concerts, des festivals dans le cloitre et des expositions dans l’ancien réfectoire du couvent.

Un peu d’histoire
Toulouse est le berceau de l’ordre des Frères prêcheurs, créé en 1215 par Saint Dominique.
Entre 1230 et 1385, les dominicains bâtissent l’ensemble conventuel des Jacobins. Il est intéressant de noter que grâce à sa grande popularité, le couvent dominicain de la rue Saint-Jacques à Paris a donné son nom,  » Jacobins « , à tous les couvents dominicains de France.
L’ensemble conventuel s’agrandit au cours des siècles suivants avec la construction, au nord de l’église, du cloître, du réfectoire, de la salle capitulaire et de la chapelle Saint-Antonin.
Dans cette construction totalement réalisée en briques, le contraste est spectaculaire entre l’aspect massif, voire austère de l’extérieur et l’extraordinaire légèreté de l’architecture intérieure. Ainsi, une double nef est séparée par d’immenses colonnes, d’où jaillissent des voûtes d’ogives en étoile qui se terminent par le rayonnement des nervures du gigantesque et célèbre  » palmier des Jacobins « .
A cette architecture d’avant-garde s’ajoutent des couleurs chatoyantes, habilement réparties pour faire vibrer l’édifice sans nuire au rigoureux agencement des volumes et des surfaces.

Extrait de cultures.toulouse.fr